Veille juridique

réglementation en vigueur

La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées est le principal texte sur les droits des personnes en situation de handicap, depuis la loi de 1975. Elle s’articule autour de 5 objectifs :

 

Garantir aux personnes handicapées le libre choix de leur projet de vie grâce au droit à la compensation personnalisée des conséquences de leur handicap

Garantir l’intégration scolaire en reconnaissant à tout enfant porteur de handicap le droit d’être scolarisé en milieu ordinaire dans l’école la plus proche de son domicile

Renforcer l’insertion professionnelle en réaffirmant le principe de non-discrimination au travail et donner la priorité au travail en milieu ordinaire

Développer la participation des personnes handicapées à la vie de la cité

Simplifier les démarches administratives par la création des MDPH

 

Le décret du 3 mai 2006 instaure la création du FIPHFP.

 

 La Convention relative aux droits des personnes handicapées a été adoptée le 13 décembre 2006 au Siège de l’Organisation des Nations Unies à New York et a été ouverte à la signature le 30 mars 2007.

 

La Convention a pour objet de promouvoir, protéger et assurer la pleine et égale jouissance de tous les droits de l’homme et de toutes les libertés fondamentales par les personnes handicapées et de promouvoir le respect de leur dignité intrinsèque. Au 27 juillet 2016, 160 pays l’ont signée et 166 pays l’ont ratifiée. La France a ratifié la Convention le 18 février 2010.

 

En acceptant le texte, l’État s’engage à :

– changer s’il le faut ses propres lois

– ou à en créer de nouvelles pour que celles-ci soient en accord avec le texte

 

La loi du 28 juillet 2011 vise à améliorer le fonctionnement des MDPH mais précise également le pilotage régional des politiques en faveur des personnes en situation de handicap.

 

 Le décret du 10 juin 2016  modifie le décret du 3 mai 2006 relatif au Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (FIPHFP). Il permet au FIPHFP de verser des financements aux organismes ou associations qui concourent à l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique et autorise le fonds à utiliser ses crédits de sa propre initiative. Enfin il précise certaines modalités de fonctionnement du fonds en harmonisant le mode de calcul des équivalents bénéficiaires avec celui du secteur privé. Résumé disponible (voir lien ci-dessus).

 

La loi demande à tout établissement de plus de 20 personnes d'employer 6% de personnes handicapées. Les établissements n'atteignant pas ces 6% versent une contribution au FIPHFP.

 


RECRUTEMENT

Pour tenir compte des difficultés d’accès à l’emploi des travailleurs handicapés, la loi de 2005 rappelle les voies de recrutement au sein de :

Afin de favoriser l’ouverture du monde du travail aux jeunes, l’Etat lance un plan national en faveur de l’apprentissage. 


MAINTIEN DANS L'emploi

Les modalités de reclassement des agents de la fonction publique sont détaillées dans les articles suivants pour :

 

Décret sur le télétravail : Durée du télétravail, demande, mentions que doit comporter l’acte d’autorisation… Les conditions et les modalités de mise en place du télétravail dans la fonction publique sont précisées dans le décret n° 2016-151 du 11 février 2016 publié au Journal officiel du vendredi 12 février 2016 s’applique à la fois aux fonctionnaires et aux agents publics non fonctionnaires.


Diversité

Code pénal

article 225-1 : la définition de la notion de discrimination

article 225-2 : les sanctions prévues

article 225-3-2 : les discriminations fondées sur l’état de santé ou le handicap

 

Code du travail

article L.1132-1 : la définition d’une discrimination dans le cadre du travail

L.1133-3 : « Les différences de traitement fondées sur l’inaptitude constatée par le médecin du travail en raison de l’état de santé ou du handicap ne constituent pas une discrimination lorsqu’elles sont objectives, nécessaires et appropriées »

 

L.4624-1 : le rôle du médecin du travail : « le médecin du travail est habilité à proposer des mesures individuelles telles que mutations ou transformations de postes, justifiées par des considérations relatives notamment à l’âge, à la résistance physique ou à l’état de santé physique et mentale des travailleurs »

 

L.5213-6 : la notion de « mesures appropriées » pour accéder ou conserver son emploi

 

R.4624-10 : la visite médicale « Le salarié bénéficie d’un examen médical avant l’embauche ou au plus tard avant l’expiration de la période d’essai par le médecin du travail. »

 

R.4214-26 : l’accessibilité du poste de travail « Les lieux de travail, y compris les locaux annexes, aménagés dans un bâtiment neuf ou dans la partie neuve d’un bâtiment existant sont accessibles aux personnes handicapées, quel que soit leur type de handicap. »